Frédéric Dumas déplore le manque de digitalisation dans le secteur de la communication, un secteur qui contrairement à celui du marketing peine à remettre en cause ses pratiques et à moderniser ses process.
Frédéric Dumas est le Directeur Général de Cision France, le Leader Mondial du logiciel de Relations Medias et d’Influence. Il prône la transformation digitale comme levier de performance et d’efficacité.

Vous déplorez le manque de digitalisation de la communication, sur le terrain avez-vous des exemples concrets à partager ?

Sur le terrain on voit beaucoup d’agences de communication ou d’annonceurs se poser les bonnes questions sur la manière de faire évoluer leurs campagnes de communication : comment améliorer l’efficacité de mes actions ? Comment intégrer les nouveaux médias de communication ? Comment donner plus de visibilité à mes contenus ? Comment mesurer et faire ressortir un véritable ROI ?
Si les questions sont essentielles, les solutions elles, sont souvent manuelles : j’identifie mes influenceurs en les recherchant laborieusement dans les médias ou sur les réseaux sociaux et je les référence dans un tableau Excel, je calcule le retour de mes campagnes en comptant une à une mes retombées dans la presse, mes partages sur les réseaux sociaux….
La vérité est que leur métier change et qu’il nécessite une réorganisation profonde des ressources ainsi que l’utilisation de la data pour conduire leur business. Le Big Data est un des grands oubliés de la communication.

Les relations presse, l’influence, la communication, c’est beaucoup de créativité et d’humain. Est-ce que cela peut expliquer pourquoi la digitalisation ne leur semble pas prioritaire ?

Au contraire ! C’est justement dans les métiers qui nécessitent le plus de compétences humaines que la digitalisation est la plus bénéfique. Elle permet de ne pas perdre du temps sur les tâches à faible valeur pour se concentrer sur ce que seul l’Homme peut faire, comme le contenu ou les relations avec les personnes qui comptent dans son business.
Le paysage médias a beaucoup changé ces dernières années. La publicité ne suffit plus à générer de l’intérêt pour une marque, nous sommes à l’ère de la recommandation, de l’engagement, de la confiance. Dans ce contexte, l’humain n’a jamais été aussi important et il faut que les communicants se libèrent du temps pour pouvoir conduire de telles campagnes.

Quels sont les enjeux de la digitalisation du métier de communicants ?

L’enjeu est clair : arriver à reprendre le contrôle face à la toute-puissance du marketing. Les communicants doivent prendre le lead sur les stratégies dites de Earned Medias et arriver à identifier un ROI à leurs actions, bref à prouver leur apport clair sur le business. Cela ne pourra se faire que s’ils agrandissent leur champ d’action et s’équipent en outil de veille et d’influence, sans quoi le marketing viendra marcher sur leurs plates-bandes.

Question Cash : Etes-vous plutôt marketing ou communication ?

Je suis ventes et j’aime ce qui marche et qui rapporte du business 😉 Malheureusement en France, ça n’est pas très bien perçu … mais c’est un autre débat ! En tout cas c’est ça mon métier depuis le début même si j’ai toujours baigné dans les technologies de communication.

Le mot de la fin : Pourquoi venir aux Sommets du Digital ?

Parce que les Sommets, c’est 3 jours d’inspiration ! Les entreprises présentes, les speakers, les conversations pendant les moments de détentes… les idées, les expériences sont partout. C’est 3 jours d’échanges avec des personnes convaincues, convaincantes et cela me donne de la force pour à mon tour essayer d’inspirer mes 6000 clients et tout mon marché.

 

Les Sommets du Digital est l’événement de l’hiver sur la transformation digitale ! Pendant 3 jours s’enchaînent des conférences de haut-niveaux et des moments de networking autour d’animations et d’ateliers business.

Les Sommets du Digital ont lieu les 5, 6 et 7 février 2018, à la Clusaz.

Inscription