Philipp Schmidt est un maître du média moderne. Il évolue depuis près de 15 ans, au sein du groupe Prisma Media Solutions, et en est aujourd’hui le Chief Digital Officer. On rappelle que Prisma, c’est aujourd’hui 25 marques médias et 42 millions de lecteurs chaque mois (4 français sur 5).

Un groupe qui, à l’image de Philippe, multiplie les compétences pour mener avec réussite sa transformation digitale.

Ensemble, nous échangeons sur les nouveaux supports de communication à apprivoiser avant votre venue aux Sommets du Digital les 4, 5, 6 février 2019.

La vidéo, ça commence à peine, mais c’est déjà terminé ! Maintenant, on passe au podcast… et puis, on s’adapte aux assistants vocaux qui vont bientôt devenir une norme ! On y croit ?

Oui bien sûr…tout ce qui nous permet de proposer de nouveaux contenus à nos audiences et une nouvelle opportunité pour nous.

Il s’agit de tester chaque nouveau canal, à tous les instants… d’ailleurs ce n’est probablement pas fini. Nous ne sommes par exemple qu’au début de l’internet des objets.

A nous d’accompagner ces évolutions en Test and learn permanent, et de conserver le meilleur.

La video est d’ailleurs toujours un sujet …pour preuve nous avons installé 8 lieux de tournage video pour proposer des contenus inédits en relation avec nos marques

C’est un formidable succès : chaque mois 200 millions de contenus videos sont consultés sur les sites PM, et ce chiffre progresse chaque jour, également amplifié sur les Réseaux Sociaux.

Très bien, alors on garde en tête la vidéo, comme support à privilégier, et la messagerie instantanée qui fait surface ?

 L’essor des messageries instantanées est un autre sujet : il ne faut pas confondre espace de discussion et media, ce qui est une erreur trop fréquente.

A l’instar de Snapchat, Whatsapp, FB Messenger, … les messageries sont avant tout (et à 95%) des espaces de discussion entre pairs, qui laissent peu de place à la publicité (et à son acceptation).

Les briques medias y ont bien entendu toute leur place dans la proposition de valeur et pour favoriser l’échange.

A nous d’y apporter les bons contenus, dans le respect des audiences conséquentes –et exigeantes- qui s’y croisent.

On en vient à un même élément, le contenu, qui doit dominer. Finalement toutes ces évolutions vont pousser les entreprises à offrir un contenu toujours de meilleure qualité, avec plus de sincérité ?

Malheureusement ce n’est pas toujours le cas.

Il suffit de regarder les propositions les plus réactives lors du développement de nouveaux outils / moyens de communication… ce sont souvent des plateformes de contenus et services très « opportunistes », à très faible valeur ajoutée, qui bénéficient d’un volume rapidement massif de consultation, par leur présence anticipée sur le nouveau media.

(situation que l’on a connue au début des réseaux sociaux, qui aujourd’hui luttent –avec une certaine efficacité- contre la prolifération de contenus à faible valeur ajoutée).

Le propre d’un éditeur comme Prisma Media, c’est d’apporter avec ses marques, une proposition de valeur dans le temps et surtout une consultation choisie et non subie.

Offrir un contenu de qualité / tenir dans la durée / apporter une plus-value et une caution avec une grande rigueur éditoriale… c’est finalement la raison d’être des groupes de Presse magazine, et c’est un formidable atout pour réussir sur le long terme.

Si l’on prend l’exemple des medias digitaux … les plus puissants d’entre eux sont tous issus des groupes de medias dits « traditionnels ».

Parce que la qualité n’est pas indispensable à un succès rapide et éphémère, mais elle l’est pour garantir une pérennité / stabilité dans le temps et créer les conditions de la confiance et de l’engagement à un media.

Les marketers sont chamboulés par tous ces changements. Comment rester flexible face à ces évolutions toujours plus rapides ? Comment ne pas perdre le fil, et ne pas trop s’éloigner de sa stratégie de marque ?

C’est en effet le cœur du sujet : comment accompagner l’atomisation des points de contact et des audiences, qu’il s’agisse de consultation media ou pour une marque de communiquer sur ses produits ?

Beaucoup de méthode, de process …mais aussi d’agilité et une veille permanente pour rendre invisible aux yeux du consommateur final (lecteur / annonceur) la complexité de l’offre media.

Mettre en place un système d’abonnement est-il la meilleure réponse à la multiplication des supports médias ?

C’est l’une des pistes sans doute… mais plus que jamais, les réponses sont multiples

Les contenus les plus engageants et les plus exclusifs, qui répondent à un besoin serviciel, on tout à fait leur place sur un modèle d’abonnement.

Pour les contenus de loisirs et de détente, il est nécessaire d’hybrider les formes de monétisation. Un modèle d’abonnement ou de paiement à l’acte sur la partie servicielle, un modèle publicitaire sur la partie contenus par exemple.

Question cash – réponse cash : Les assistants vocaux, un support de plus qui arrive en opposition au print. La survie du print continue, ou parle-t-on plutôt de nouvelle opportunité ?

Réponse cash : pourquoi toujours parler ‘d’opposition au print’ ?

Toute nouvelle technologie qui mette en relation l’audience et le media contribue à l’atomisation des points de contact / du temps passé sur les supports existants.

Le print est probablement dans ce contexte, le support media … le moins touché de l’ecosystème vs TV, internet, mobile, radio…. et même les Réseaux sociaux

Ma requête Google Assistant ou Alexa pour consulter la meteo concurrence avant tout internet, la TV, le search.

Celle pour trouver une recette de cuisine concurrence surtout les medias digitaux…. Sans parler des radios qui voient une nouvelle concurrence massive débarquer avec la connexion automatique via l’audio à un choix dans un catalogue extrêmement riche (« ok Google, lance l’album de X, la Playlist Y »)..

A l’inverse, le support magazine bénéficie d’un supplément de qualité et de premiumisation par sa capacité à exploiter des contenus riches, détaillés et exclusifs, qui ne peuvent être rendus simplement par un format audio et serviciel.

Par ailleurs, les ventes lui permettent de diversifier les sources de revenu, trop souvent limitées à la pub sur le digital.

En résumé, les assistants audios sont pour nous une nouvelle manière d’adresser l’audience historique … des autres medias, avant de représenter une menace pour le support print.

Le mot de la fin : pourquoi venir aux Sommets du Digital ?

Les nouvelles technologies sont une formidable opportunité de multiplier les initiatives pour parler à nos audiences.

Les sommets du digtial, c’est un moyen de se nourrir de toute l’actualité de l’innovation dans nos domaines d’activité.

Prisma Media a pour vocation d’avoir toujours ‘un media d’avance’, il est indispensable dans ce contexte, d’anticiper tous les mouvements actuels et à venir en termes d’opportunités digitales et de créativité contenu / services.

4ème opus : une édition qui s’annonce plus inspirante que jamais !

Les 4, 5 et 6 février 2019 se tiendra à La Clusaz la 4e édition des Sommets du Digital.

Un événement hors du commun qui, une fois encore, bousculera notre cadre de référence, agitera nos neurones et marquera durablement nos esprits.

Devenu un rendez-vous incontournable de l’hiver, Les Sommets du Digital rassemblent une communauté de décideurs, innovateurs et influenceurs de calibre international, qui se retrouvent durant 3 jours à La Clusaz pour s’inspirer, partager et imaginer demain.

Parmi les points forts de cette prochaine édition :

  • le TGV des Sommets, en partenariat avec la SNCF : un voyage animé qui donnera un avant-goût de l’événement avant même d’y arriver !
  • le télécabine pitch : l’occasion pour chaque participant de faire des rencontres business inédites, à 30 mètres de hauteur et de nuit, dans des télécabines !
  • le plateau TV mobile : en direct pendant les 3 jours, suivi à distance par plus de 60 000 personnes
  • de nouveaux formats de conférences : conférence ignite, conférence jeu interactive, conférence créative, conférence détox …
  • un programme plein de surprises, d’une qualité et d’une générosité rarement égalées.

Depuis 3 ans, Les Sommets du Digital ne cessent d’évoluer et de surprendre.  Les valeurs du début sont restées intactes : convivialité, authenticité, exigence, générosité. Mais l’événement gagne en puissance chaque année, sous l’impulsion de son fondateur Xavier Wargnier. Chaque édition pousse plus loin la qualité et l’inventivité, et gagne en résonance et en visibilité. La 4e édition s’annonce plus inspirante que jamais…
« On place la barre toujours plus haut, ce qui est presque un pléonasme quand on parle de sommets » martèle Xavier Wargnier à qui veut bien l’entendre. « Cette 4e édition sera un must, je m’y engage ! »

Soixante speakers, zéro bullshit
La qualité et la diversité des conférences est un pilier de l’événement. Aux Sommets du Digital, les speakers n’ont pas de profil-type, pas de parcours-type. Pour choisir ses invités, Xavier Wargnier se tourne vers ceux qui sont portés par une profonde envie de bousculer, d’inspirer et de partager. Les formats d’intervention sont courts pour être plus percutants et largement participatifs entre la scène et la salle. Pas d’auto-promo, pas de bullshit, et une parité absolue entre femmes et hommes.
Ils parleront des enjeux qui transforment notre quotidien et interrogent notre avenir. Ils nous donneront des clés pour comprendre, s’adapter et réagir dans un monde qui change plus profondément et plus rapidement que jamais. Ils exploreront, sous des angles très concrets, les thèmes de l’intelligence artificielle, les nouveaux comportements clients, la sécurité, le changement de civilisation, les ruptures, les nouveaux business, la communication digitale, le numérique et l’environnement, le management réinventé, les datas…

Les premiers noms des speakers 2019 ici : http://les-sommets-du-digital.com/speakers/

#bousculer #inspirer #connecter #somdig19

s’inscrire à l’édition 2019

Les Sommets du Digital

#somdig19