Sébastien Badault est depuis 2015 Directeur Général du groupe Alibaba France. Tout d’abord Responsable du développement commercial d’Amazon au Royaume-Uni, en Allemagne et en France puis Directeur des grands comptes chez Google. Sébastien, depuis plus de 15 ans, dirige les entreprises qui conduisent notre monde digital, entre GAFAM et BATX.

Nous nous intéressons ensemble à Alibaba et plus largement à la Chine.

 

Faut-il, selon vous, s’inspirer de la Chine à tous les niveaux ?

Indéniablement, la Chine donne le ton dans de nombreux domaines et secteurs en tirant parti de la technologie et de l’innovation numérique !

Paiements simplifiés grâce à des applications mobiles ou à la reconnaissance faciale, expérience d’achat unifiée via le concept de New Retail, logistique repensée à travers des solutions intelligentes en entrepôts, mais aussi une longueur d’avance sur les questions de mobilité et de villes intelligentes sont autant de marqueurs qui font de la Chine un laboratoire d’innovations dont nous pouvons nous inspirer.

Cela dit, chaque culture peut être une source d’inspiration dans la mesure où l’on en tire le meilleur pour l’adapter à l’environnement dans lequel évolue son entreprise. Si l’on prend pour exemple les modes de management et d’organisation du travail en Chine, j’apprécie la rapidité avec laquelle les entreprises prennent des décisions et les exécutent. Au contraire, la culture occidentale semble plus axée sur l’évaluation des risques ou l’importance accordée au travail préparatoire et au processus stratégique, avant de s’intéresser à la tactique.

Toutes ces approches se valent mais, ce qui me semble le plus intéressant, c’est de combiner les différents éléments, le meilleur de chaque façon de travailler et ainsi créer de la valeur. Dans ce sens, j’ai la chance de bénéficier du meilleur des deux mondes en jonglant entre ces deux cultures business d’excellence, ce qui est tout autant palpitant et enrichissant.

 

Alibaba fait partie des premiers grands groupes Chinois à intégrer le marché français, et on imagine que vous serez suivi de près. Quels sont les enjeux pour la France d’accueillir des grands groupes chinois ?

La Chine est aujourd’hui la première économie mondiale et elle réalise de nombreux investissements dans le monde, et notamment en France. En accueillant les grands groupes chinois, comme Alibaba, il y a un vrai enjeu de redynamiser notre économie en créant des portes d’entrées pour les marques françaises sur le marché chinois. Cela facilite et renforce les relations business entre les deux pays ! Nous avons la chance qu’en Chine, les marques françaises jouissent d’une belle réputation et leurs produits rencontrent une popularité incomparable auprès des consommateurs.

 

Quels sont les challenges auxquels Alibaba fait face dans sa stratégie d’implantation en France ? Alibaba dispose d’une grande expérience, mais avec une culture totalement opposée. On a observé notamment les difficultés du groupe à s’implanter aux Etats-Unis.

Nous sommes présents en France pour permettre aux marques et entreprises locales de s’exporter en Chine, et pour les aider à promouvoir le meilleur du « made in France » sur ce marché à potentiel. Notre priorité est donc d’expliquer aux entrepreneurs français comment la Chine est en train de se transformer, quelles sont ses particularités, ainsi que les immenses opportunités que ce marché offre pour les marques qui sont prêtes à faire le pas.

Le principal (et passionnant) challenge consiste à s’asseoir avec les entreprises pour leur expliquer comment elles peuvent s’associer à nous pour tirer parti de nos technologies, de notre réseau de partenaires, et de notre compréhension unique des consommateurs chinois pour développer leur business facilement et rapidement.

 

Amazon se place principalement sur du premium à l’inverse d’Alibaba avec AliExpress. L’objectif d’Alibaba est-il vraiment d’éviter la concurrence frontale avec Amazon ? Amazon est-il trop puissant aujourd’hui en Europe ?

Nous ne nous comparons à aucune autre entreprise dans le monde. Notre activité et notre structure sont uniques, c’est pourquoi nous poursuivons une mission très spécifique : être un facilitateur de business dans le monde entier. Nous travaillons en partenariat avec des marques et des entreprises de toutes tailles pour leur montrer comment Internet et la technologie numérique peuvent rendre le monde « plus petit » et leur permettre de toucher leurs consommateurs dans le monde entier.

La mission d’Alibaba va bien au-delà de la simple vente ou achat de produits. En effet, nous sommes en train de redessiner les limites du commerce, avec notre concept de New Retail, pour le rendre plus inclusif et efficace.

En ce qui concerne Amazon, nos modèles et structures commerciales respectifs sont trop différents pour pouvoir être comparés.

 

Le développement d’AliExpress en France c’est aussi un défi logistique énorme puisque vous vous donnez comme défi de livrer n’importe où en 72h. Comment répondez-vous techniquement à ce challenge ?

Pour réduire les temps des livraisons et améliorer l’expérience d’achat pour les consommateurs, nous renforçons nos capacités logistiques en intégrant des solutions technologiques à nos entrepôts à l’international, avec la volonté d’en faire des hubs intelligents.

En décembre dernier par exemple, nous avons signé un protocole d’accord avec le gouvernement belge afin de promouvoir le commerce inclusif dans le cadre de l’initiative Electronic World Trade Platform («eWTP»). Nous travaillons ensemble pour construire une plateforme commerciale innovante qui facilitera un accès plus large et plus équitable aux opportunités commerciales transfrontalières, notamment pour les petites et moyennes entreprises.

Un élément majeur de l’accord est la mise en place d’une infrastructure logistique destinée à soutenir le commerce transfrontalier. Cainiao Smart Logistics Network, la branche logistique du groupe Alibaba, et Liège Airport ont également signé un contrat de location d’une superficie totale de 220 000 m² pour la construction d’un hub logistique intelligent. L’investissement initial s’élèvera à 75 millions d’euros. La première phase de l’installation devrait être opérationnelle au début de 2021. Le hub de Liège améliorera l’efficacité logistique globale pour aider les PME à mieux gérer leurs exportations, et constituera la pierre angulaire de la collaboration sur l’infrastructure eWTP.

 

L’objectif d’Alibaba est-il in fine d’importer l’ensemble de ses services en France ?

Notre mission est de faciliter le commerce partout dans le monde et de fournir aux commerçants, aux entreprises, aux consommateurs et à nos partenaires la valeur ajoutée et les services pertinents dont ils ont besoin pour réussir, être compétitifs et bénéficier d’une meilleure expérience d’achat.

C’est sur la base de cette philosophie que se construit notre stratégie d’internationalisation et d’expansion, car nous accordons la priorité aux besoins de nos clients dans chaque marché.

 

Question cash – réponse cash : L’Europe sera-t-elle le lieu élu de confrontation entre Gafa et Batx ?

L’Europe est un marché clé pour toutes les entreprises, et en particulier pour Alibaba puisque nous y trouvons des produits d’excellence dans diverses catégories (mode, luxe, nourriture, vins…) que les consommateurs chinois recherchent par leur qualité. Mais n’oublions pas qu’un grand nombre d’économies émergentes, comme l’Asie du Sud-Est par exemple, évoluent rapidement et offrent un potentiel d’investissement considérable.

C’est pourquoi, en 2016, Alibaba a investi dans le site de e-commerce Lazada qui offre une plateforme munie d’une grande base de consommateurs située en dehors de la Chine. C’est aussi un terrain d’expérimentation pour les marques qui souhaiteraient tester des nouveaux moyens d’engagement avec leurs consommateurs.

 

Le mot de la fin : pourquoi venir aux Sommets du Digital ?

C’est la 3e année que j’ai le plaisir de participer à cet événement ! Ce que j’apprécie, c’est le fait de rencontrer et d’échanger avec de nombreux professionnels qui me permettent de découvrir les nouvelles tendances qui vont construire le monde de demain.

4ème opus : une édition qui s’annonce plus inspirante que jamais !

Les 4, 5 et 6 février 2019 se tiendra à La Clusaz la 4e édition des Sommets du Digital.

Un événement hors du commun qui, une fois encore, bousculera notre cadre de référence, agitera nos neurones et marquera durablement nos esprits.

Devenu un rendez-vous incontournable de l’hiver, Les Sommets du Digital rassemblent une communauté de décideurs, innovateurs et influenceurs de calibre international, qui se retrouvent durant 3 jours à La Clusaz pour s’inspirer, partager et imaginer demain.

Parmi les points forts de cette prochaine édition :

  • le TGV des Sommets, en partenariat avec la SNCF : un voyage animé qui donnera un avant-goût de l’événement avant même d’y arriver !
  • le télécabine pitch : l’occasion pour chaque participant de faire des rencontres business inédites, à 30 mètres de hauteur et de nuit, dans des télécabines !
  • le plateau TV mobile : en direct pendant les 3 jours, suivi à distance par plus de 60 000 personnes
  • de nouveaux formats de conférences : conférence ignite, conférence jeu interactive, conférence créative, conférence détox …
  • un programme plein de surprises, d’une qualité et d’une générosité rarement égalées.

Depuis 3 ans, Les Sommets du Digital ne cessent d’évoluer et de surprendre.  Les valeurs du début sont restées intactes : convivialité, authenticité, exigence, générosité. Mais l’événement gagne en puissance chaque année, sous l’impulsion de son fondateur Xavier Wargnier. Chaque édition pousse plus loin la qualité et l’inventivité, et gagne en résonance et en visibilité. La 4e édition s’annonce plus inspirante que jamais…
« On place la barre toujours plus haut, ce qui est presque un pléonasme quand on parle de sommets » martèle Xavier Wargnier à qui veut bien l’entendre. « Cette 4e édition sera un must, je m’y engage ! »

Soixante speakers, zéro bullshit
La qualité et la diversité des conférences est un pilier de l’événement. Aux Sommets du Digital, les speakers n’ont pas de profil-type, pas de parcours-type. Pour choisir ses invités, Xavier Wargnier se tourne vers ceux qui sont portés par une profonde envie de bousculer, d’inspirer et de partager. Les formats d’intervention sont courts pour être plus percutants et largement participatifs entre la scène et la salle. Pas d’auto-promo, pas de bullshit, et une parité absolue entre femmes et hommes.
Ils parleront des enjeux qui transforment notre quotidien et interrogent notre avenir. Ils nous donneront des clés pour comprendre, s’adapter et réagir dans un monde qui change plus profondément et plus rapidement que jamais. Ils exploreront, sous des angles très concrets, les thèmes de l’intelligence artificielle, les nouveaux comportements clients, la sécurité, le changement de civilisation, les ruptures, les nouveaux business, la communication digitale, le numérique et l’environnement, le management réinventé, les datas…

Les premiers noms des speakers 2019 ici : http://les-sommets-du-digital.com/speakers/

#bousculer #inspirer #connecter #somdig19

s’inscrire à l’édition 2019

Les Sommets du Digital

#somdig19