De récentes études mettent en avant le manque de considération des petites et grandes entreprises pour la transformation digitale. Sylvie Lachkar rebondit sur ces faits et nous présente sa vision de la digitalisation.

Sylvie Lachkar fait partie du bureau du Digital Transformation Officer pour lequel elle a la responsabilité de la communication Digitale externe globale. Elle dirige également le programme de Social Selling de SAP pour la région EMEA (Europe, Middle-East, Africa).

Début 2017, un rapport réalisé par Deloitte constate que seulement 11,5% des PME françaises sont capables de vendre leurs produits en ligne, contre 47% des entreprises d’au moins 250 salariés ? Pourquoi cet écart selon vous ? Si l’on s’intéresse ensuite aux grands groupes, on observe que l’écart est encore plus important.

Cette question montre bien à quel point le Digital est un mot qui veut tout et rien dire. Chacun en a sa définition. Que veut donc dire « Digitaliser ». Est-ce créer un site web ? Est-ce donner des tablettes aux commerciaux ? Est-ce une perception ? Bien entendu, Il ne s’agit pas seulement de vendre ses produits en ligne. Cela dit, la vente en ligne ne consiste pas seulement à mettre en place un site de E-Commerce.  Il faut une plateforme capable de monter en charge quand le business va croitre en volume et en popularité. Il est indispensable de développer l’intégration avec les systèmes de gestions existants, des stocks, logistiques, financiers. Et enfin, Il est important d’anticiper l’évolution et  l’adaptation de son offre pour coller aux besoins des clients. Bref c’est un vrai projet dont les coûts et le temps de mise en œuvre peuvent effrayer des petites structures. Il y a pourtant maintenant des solutions adaptées aux budget de chacun.

Qu’est-ce que veut dire la transformation digitale pour vous ? Comment une entreprise doit mener sa transformation digitale ? A quoi doit répondre une transformation digitale ?

Quand j’ai vu votre question, j’ai fait un petit sondage et je me suis retrouvée avec de nombreuses définitions différentes. En voici quelques-unes :

La plus intellectuelle et complète : La Transformation (au sens évolution du modèle d’affaires, des processus, de la manière de travailler) est rendue possible par l’émergence simultanée de ruptures technologiques qui, combinées, permettent un fonctionnement « en Live » de l’entreprise étendue, c’est-à-dire que ses activités ne sont plus prédéterminées mais issues d’une analyse « à la volée » du contexte (interne et externe à l’entreprise) et de la probabilité statistique de l’évolution de ce même contexte. L’entreprise digitale offre alors une expérience maximale à l’ensemble de ses clients et de ses employés, car toujours pertinente, étayée et simple, ainsi qu’à ses managers qui peuvent prendre, le plus pertinemment possible et dans les meilleurs délais, l’ensemble des décisions…

La plus visionnaire : La transformation digitale est le changement des organisations qui sont capables de repenser (ou réinventer) leurs business grâce aux usages avancés permis par  les nouvelles technologies de la data (blockchain, iot, machine learning, cloud, …). Il s’agit d’un mouvement de fond qui accélère la compétition économique et les mutations de nos sociétés. Les entreprises qui maîtrisent les technologies de la donnée prennent une longueur d’avance sur les autres au point d’être difficilement rattrapable (notion de fracture cognitive).

La plus humaine : Un facteur plus pour la croissance et la rentabilité de l’entreprise, un support à la compétitivité et d’efficacité vis à vis des clients. C’est une culture collaborative du développement. L’adaptation du digital au contexte culturel de l’entreprise est indispensable car chaque entreprise possède son propre patrimoine organisationnel, technologique et ses applications. C’est un support car le facteur humain doit rester en première place sur le podium

La vraie Transformation Digitale signifie la mise en place d’un nouveau business model qui change fondamentalement l’engagement avec le client final et sa manière de consommer.

Et la pépite dans tout cela, c’est la donnée qu’on appelle aussi le carburant Digital. Celle qu’il faut récupérer, stocker, visualiser, surveiller, analyser pour agir et tout cela en temps réel.

Accenture nous apprend que seulement 26% des 100 plus grands groupes français ont un budget dédié à la transformation digitale. Ce sont des entreprises qui ont une stratégie globale et ne se contentent pas uniquement de faire des investissements indépendants les uns des autres. Pourtant, les enjeux de la transformation digitale sont compris par l’ensemble de ces entreprises. Quel est votre avis à ce sujet ?

La transformation digitale est un bouleversement, elle remet en question toute l’organisation et le fonctionnement d’une entreprise. Chez nous on appelle même cela le Digital Tsunami. Devant un projet de cette envergure qui demande souvent aux différentes organisations de s’aligner, de communiquer et de collaborer, il faut une décision au plus haut niveau. Il est toujours très compliqué d’entrer dans une démarche de transformation et de remise en question, surtout si l’entreprise est dans la réussite. Changer fondamentalement est un risque qui ne peut être pris que dans le cas où il n’y a pas d’autres choix. Une crise, un fort besoin de différentiation, d’innovation va être un moteur et une opportunité.

Pouvez-vous nous présenter la stratégie de transformation digitale chez SAP ? Vous êtes responsable de toute la partie Social Selling chez SAP. Comment le social selling s’intègre-t-il à cette stratégie globale ?

Nous accompagnons les entreprises dans leur transformation Digitale. Nous leur proposons de les aider à se réinventer à trois niveaux :

  • Améliorer leur compétitivité en se développant au-delà des frontières sectorielles traditionnelles et en passant d’une organisation fondée sur les actifs à une organisation fondée sur le service et la valeur délivrée (Réinventer les business Models).
  • Repenser les processus de gestion
  • Améliorer les façons de travailler de chacun, dans tous les domaines, en mettant à disposition en temps réel les informations permettant de prendre les bonnes décisions et de produire des résultats immédiats.

Nous utilisons le Design thinking comme approche clé de cette phase de découverte et de réinvention.

Dans cette stratégie les médias sociaux vont être une source de données, de collaboration et de communication. Dans un monde où chaque consommateur devient unique, l’analyse de tous les contenus des réseaux sociaux vaut de l’or. Ils seront un outil parmi d’autres comme l’IoT, l’utilisation de dispositifs mobiles, d’application diverses …

Quelles sont selon vous les bonnes questions à se poser avant d’engager un projet digital ? 

Je crois qu’il faut oublier le Digital pour se centrer sur ses objectifs. Une entreprise ne souhaite pas implémenter une nouvelle technologie, elle va le faire uniquement parce que sans cette technologie, elle ne va pas pouvoir créer une nouvelle offre, réduire ses coûts ou atteindre un nouveau marché. La question serait surtout de savoir quelle est son ambition et ce qu’il faut mettre en place pour y arriver. C’est là que les techniques comme le Design Thinking permettent à l’entreprise de créer, d’imaginer le futur sans barrières. C’est seulement ensuite qu’il est intéressant de voir quelle technologie va permettre la réalisation concrète.

Question cash / Réponse cash : Transformation digitale, révolution ou simple évolution ?

Cela dépend ! Une vraie transformation digitale telle que décrite plus haut est une révolution, un ouragan. Ensuite, de nombreuses sociétés ne font que rénover en gardant les anciennes règles mais en créant un produit augmenté. D’autres vont aller un peu plus loin et innover en créant un produit qui va changer l’expérience client sans toucher au Business model, sans vraie disruption. Dans ce cas c’est une évolution soutenue par la technologie.

Le mot de la fin : Pourquoi venir aux Sommets du Digital ?

C’est un moment magique de rencontres et de partages autours d’un intérêt commun. Depuis la première édition, j’ai rencontré des gens formidables, riches et intéressants. J’adore découvrir et apprendre.  J’aime aussi partager mon expérience, aider les autres à progresser.

Xavier Wargnier est mon éditeur, et en éditant « Le Social Selling expliqué à mon Boss » co-écrit avec Hervé Kabla, il m’a permis d’asseoir mon expertise dans le domaine du Social Selling et de mieux me faire connaitre. Il a créé un événement magnifique favorable à la curiosité, la bonne humeur et la joie de s’amuser ensemble pour favoriser les échanges. C’est une bonne raison non ?

 

*Merci à Thao Sananikone, Sonia Nogueira et Serge Frappier pour leurs témoignages.

 

Sylvie Lachkar est speakeuse aux Sommets du Digital.

Les Sommets du Digital est l’événement de l’hiver sur la transformation digitale ! Pendant 3 jours s’enchaînent des conférences de haut-niveaux et des moments de networking autour d’animations et d’ateliers business.

Les Sommets du Digital ont lieu les 5, 6 et 7 février 2018, à la Clusaz.

Inscription