William est depuis 2 ans Vice-Président Europe du Sud chez Alfresco, l’un des principaux fournisseurs de logiciels libres d’entreprise, d’automatisation des processus, de gestion de contenu et de gouvernance de l’information.

Il se donne pour objectif de positionner Alfresco en leader digital sur les marchés de la région Europe du Sud et de soutenir l’écosystème de partenaires d’Alfresco dans cette évolution.

 

Quelle est l’avancée des entreprises en termes de gestion des données ? Voyez-vous de grandes disparités entre les entreprises en France, mais également à l’international ?

On constate des disparités assez fortes en termes de maturité dans la gestion qu’ont les entreprises de leurs données. Plusieurs facteurs à prendre en compte, le premier est le secteur d’activité, certaines entreprises sont plus exposées que d’autres, le second est la législation, le monde de la finance et de la santé, par exemple, obligent les établissements à plus de rigueur, le troisième est l’exposition au monde internet. Concernant le clivage France vs reste du monde nous avons effectivement des contraintes légales et communautaires qui peuvent paraitre bloquantes. L’approche est très différente de nos confrères américains. Néanmoins, la maîtrise et le contrôle de la donnée ne doivent pas être perçus comme un handicap. Les technologies permettent aujourd’hui d’apporter des solutions, le sujet de fond selon moi est celui du cloud et la souveraineté de la data.

 

Quels sont les grands enjeux aujourd’hui en termes de gestion des données, et quels vont-ils être dans les années à venir ?

Beaucoup de thèmes à couvrir… Pour commencer il convient de rappeler que la donnée peut revêtir différentes formes. Les entreprises ont créé, stocké, fait vivre des données et en ont fait un actif, un petit trésor de guerre, on les identifie sous la forme de data brutes, statiques, transactionnelles, de données clients, partenaires ou marketing, la donnée est maintenant interne et externe, elle est devenue la matière première de l’Intelligence Artificielle. Elle est en mutation et devient, voix, forme, température… Elle pose de véritables enjeux en termes de stratégie, de gouvernance, de fiabilité mais promet toujours un avenir radieux. Les entreprises ont trop souvent limité le sujet de la donnée à une unité de valeur en excluant les documents qui constituent aujourd’hui le parent pauvre du digital.  Pour autant, les entreprises avaient raison. Les systèmes de gestions documentaires tournent très bien depuis les années 80. Malheureusement ces systèmes arrivent en obsolescence au moment où la jonction entre le monde documentaire, les processus et le Digital doit s’opérer. Une véritable opportunité pour la plateforme Digitale d’Alfresco qui se positionne aujourd’hui comme la plateforme la plus digitale et robuste de sa catégorie.

 

Comment les entreprises doivent-elles se préparer à ces évolutions ?

L’entreprise subit depuis maintenant près de 3 ans un choc thermique qui l’oblige à se remettre en question. La révolution digitale qui est en cours ne permet aucun évitement. L’interopérabilité avec des systèmes exogènes à l’entreprise est une nécessité vitale pour sécuriser son développement et afficher une stratégie gagnante. La prolifération des solutions cloud, CRM, Marketing, HR, Note de frais… ont permis de générer des gains de productivité indiscutables mais ils ont créé de nouveaux silos qui posent des problèmes de cohérence, d’évolutivité, de sécurité, voire de conformité dans certain cas. Elles sont créatrices de documents, elles en consomment également énormément. Les sociétés ont maintenant un enjeu fort sur leur capacité à administrer les contenus au sein d’une même plateforme et d’intégrer tous les satellites internes et externes de l’entreprise. Les entreprises doivent guider leurs transformations par des opportunités digitales. Quelles qu’elles soient, elles induiront un flux constant de données, de documents et d’évènements autour desquels elles devront également se restructurer. C’est précisément l’objet de la Plateforme Digitale d’Alfresco.

 

Peut-on aujourd’hui estimer les pertes liées à une mauvaise circulation et gestion des informations au sein d’une entreprise ?

 La perte d’une donnée ou d’un document peut être cruciale et présenter un risque majeur pour l’entreprise. On préfère donc la/le garder au cas où.. On constate également que beaucoup de prospects dupliquent les documents afin de les rendre accessibles car leurs systèmes de Gestion Électronique de Document est contraignant. Également certains payent le prix fort pour stocker des documents et parfois en double…. Avec le digital les entreprises sont confrontées à une explosion de données et de contenus. Cette redondance n’est pas sans conséquence elle pose clairement un problème de gestion, de gouvernance et de coût. La modernisation du socle de gestion des contenus n’est plus une option dans ce contexte.

 

Question cash / Réponse cash : Alfresco a pour but de centraliser les données pour avoir un meilleur accès et une meilleure gestion. Est-ce que cela n’augmente pas les risques d’attaques et la facilité d’accès aux données par des acteurs externes ?

 Je pense que le risque ne réside pas dans la centralisation mais dans l’exposition de la donnée. Comme évoqué la donnée est multiple, elle est interne et externe. Outre les spécificités techniques de la Plateforme qui ont permis à Alfresco le référencement DoD au Etat-Unis (Niveau d’homologation pour la classification Secret Défense), la plateforme ne dépend pas d’environnement de production. En conséquence vous pouvez installer la plateforme sur le Cloud ou directement sur votre système d’information. L’entreprise reste garante du niveau de sécurité qu’elle souhaite mettre en œuvre sur ses systèmes. A notre niveau nous nous contentons de répondre aux contraintes architecturales qu’elles soient cloud, on premise ou Hybrid afin de respecter les standards de sécurité fixés par nos clients.

 

Le mot de la fin : Pourquoi venir aux Sommets du Digital ?

Nous suivons de loin l’évènement depuis maintenant 3 ans. Nous avons constaté un certain engouement pour ce rassemblement qui s’impose aujourd’hui comme une étape digitale incontournable. Un cadre unique où l’on peut partager, apprendre et s’amuser : bref une vision partagée du mindset digital … pourquoi attendre plus longtemps ?

4ème opus : une édition qui s’annonce plus inspirante que jamais !

Les 4, 5 et 6 février 2019 se tiendra à La Clusaz la 4e édition des Sommets du Digital.

Un événement hors du commun qui, une fois encore, bousculera notre cadre de référence, agitera nos neurones et marquera durablement nos esprits.

Devenu un rendez-vous incontournable de l’hiver, Les Sommets du Digital rassemblent une communauté de décideurs, innovateurs et influenceurs de calibre international, qui se retrouvent durant 3 jours à La Clusaz pour s’inspirer, partager et imaginer demain.

Parmi les points forts de cette prochaine édition :

  • le TGV des Sommets, en partenariat avec la SNCF : un voyage animé qui donnera un avant-goût de l’événement avant même d’y arriver !
  • le télécabine pitch : l’occasion pour chaque participant de faire des rencontres business inédites, à 30 mètres de hauteur et de nuit, dans des télécabines !
  • le plateau TV mobile : en direct pendant les 3 jours, suivi à distance par plus de 60 000 personnes
  • de nouveaux formats de conférences : conférence ignite, conférence jeu interactive, conférence créative, conférence détox …
  • un programme plein de surprises, d’une qualité et d’une générosité rarement égalées.

Depuis 3 ans, Les Sommets du Digital ne cessent d’évoluer et de surprendre.  Les valeurs du début sont restées intactes : convivialité, authenticité, exigence, générosité. Mais l’événement gagne en puissance chaque année, sous l’impulsion de son fondateur Xavier Wargnier. Chaque édition pousse plus loin la qualité et l’inventivité, et gagne en résonance et en visibilité. La 4e édition s’annonce plus inspirante que jamais…
« On place la barre toujours plus haut, ce qui est presque un pléonasme quand on parle de sommets » martèle Xavier Wargnier à qui veut bien l’entendre. « Cette 4e édition sera un must, je m’y engage ! »

Soixante speakers, zéro bullshit
La qualité et la diversité des conférences est un pilier de l’événement. Aux Sommets du Digital, les speakers n’ont pas de profil-type, pas de parcours-type. Pour choisir ses invités, Xavier Wargnier se tourne vers ceux qui sont portés par une profonde envie de bousculer, d’inspirer et de partager. Les formats d’intervention sont courts pour être plus percutants et largement participatifs entre la scène et la salle. Pas d’auto-promo, pas de bullshit, et une parité absolue entre femmes et hommes.
Ils parleront des enjeux qui transforment notre quotidien et interrogent notre avenir. Ils nous donneront des clés pour comprendre, s’adapter et réagir dans un monde qui change plus profondément et plus rapidement que jamais. Ils exploreront, sous des angles très concrets, les thèmes de l’intelligence artificielle, les nouveaux comportements clients, la sécurité, le changement de civilisation, les ruptures, les nouveaux business, la communication digitale, le numérique et l’environnement, le management réinventé, les datas…

Les premiers noms des speakers 2019 ici : https://les-sommets-du-digital.com/speakers/

#bousculer #inspirer #connecter #somdig19

s’inscrire à l’édition 2019

Les Sommets du Digital

#somdig19